Il était une fois la croissance. Depuis, on ne l’a jamais revue.

Nous pouvons nous unir : le progrès est enfin en marche
03/06/2014
Réduction de la dette, croissance : on n’a pas essayé le Vaudou !
06/06/2014

Il était une fois la croissance. Depuis, on ne l’a jamais revue.

Au début des années 80, Ronald Reagan déclarait : “l’état n’est pas la solution, l’état est le problème.”

Voyez où nous en sommes…

Un jour nos enfants se moqueront de nous pour avoir cru à cette fable. Voire pire.

Dans ce documentaire diffusé sur Arte, deux mamies américaines percluses d’arthrite, ayant connu la “crise de 1929”, s’interrogent sur ce qu’est la croissance. Du haut de leur grand âge, elles décident qu’il est temps pour elles de comprendre ce qui se cache derrière le discours pro-croissance rabâché dans les médias par les économistes, politiques ou chefs d’entreprise.

Pourquoi la croissance est-elle présentée comme la solution à nos problèmes ? A cause de la dette, qui serait la cause de tout. Avec la croissance, le remboursement de la dette serait possible sans altérer le niveau de vie, sans toucher au rêve américain. C’est pourquoi le discours politique ambiant appelle les américains à changer de mentalité et à s’intéresser plus à la croissance.

Dans ce documentaire, il nous est donné d’entendre un discours de Robert Kennedy qui est certainement l’un des plus beaux discours que j’ai jamais entendu et que je retranscris ci-après :

Pendant trop longtemps, nous avons sacrifié l’excellence personnelle et nos valeurs communes à l’accumulation de biens matériels. Notre PIB dépasse 800 milliards de dollars par an. Mais si c’est sur ce critère que nous jugeons les Etats-Unis, ce PIB englobe la pollution, la publicité pour le tabac, les ambulances qui évacuent les blessés sur nos routes, la destruction des séquoias et la perte de nos trésors naturels. Il prend aussi en compte la napalm, les missiles nucléaires et les véhicules blindés de la police antiémeute.

Mais il ne prend pas en compte la santé de nos enfants, la qualité de leur éducation ou la gaieté de leurs jeux. Il omet la beauté de nos poèmes, la solidité de nos mariages, l’intelligence de nos débats publics ou l’intégrité de nos élus.

En somme, il mesure tout sauf ce qui fait la valeur de la vie. Il peut tout nous dire sur l’Amérique, sauf pourquoi nous sommes fiers d’être américains.

 

Comme nos 2 mamies le disent elles-mêmes en guise de conclusion :

La croissance économique n’est pas la solution. La croissance économique c’est le problème.

 

Ronald Reagan est définitivement mort à présent. Il est temps de changer de cap.

Impotentes peut-être, mais pas incapables les mamies.

 

 

Wake up.

Lovegiver

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.

5
Nous apprécions vos commentaires.

avatar
2 Comment threads
3 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Guy Weiler Recent comment authors
  Subscribe  
newest oldest most voted
Notify of
Guy Weiler
Invité

Merci pour votre esprit d’ouverture, mais je ne pense pas ouvrir un blog un jour,’et ne squatterai donc pas le vôtre. Maís puisque j’ai commencé : je me réfèrais à l'”Humble exposé sur la situation en Irlande”, dans lequel l’auteur de Gulliver dénonce l’imposture d’un discours dominant (déjà) qui voit de la prospérité quand l’économie réelle est sinistrée et le peuple misérable, parce que les affaires, en l’occurence les transactions immobilières et foncières, et le commerce de produits de luxe, n’ont jamais été aussi florissantes. Texte moins connu, et certes moins saisissant que la “Modeste proposition …”, mais qui montre… Read more »

Guy Weiler
Invité

J’avais déjà une envie de ce genre à l’époque où on claironnait dans la presse que les français s’enrichissaient, en évitant de préciser quelle était la part de la flambée des prix de l’immobilier (à ce sujet, avez-vous lu les textes que Swift a consacré à la situation économique de l’Irlande des 17ème – 18ème siècles – difficiles à trouver ailleurs que dans les oeuvres complètes mais d’une actualité à fumer un baobab)

Guy Weiler
Invité

Vous êtes vraiment mal informé, la croissance revient : Bruxelles fait pression pour que les etats prennent en compte prostitution et vente de drogue dans le PIB.
C’est FH qui va être content, non ?

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Il était une fois la croissance. Depuis, on ne l'a jamais revue.

La croissance économique n'est pas la solution. La croissance économique c'est le problème. MAMIE FAIT DE LA RÉSISTANCE, un documentaire sur Arte. A voir !
Skip to toolbar