Matignon : Valls des fauteuils

Energie nucleaire
Quel avenir pour l’Energie Nucleaire en France
31/03/2014
Le Tort du soldat
Le Tort du soldat, d’Erri de Luca
02/04/2014

Matignon : Valls des fauteuils

Valls à Matignon

Avec l'appui des sondages, Valls parait le meilleur candidat pour Matignon.

Depuis bientôt 2 ans que François Hollande a été élu à la présidence de la République, succédant en 2012 à l’hyper-actif Nicolas Sarkozy, il est un reproche qui revient de façon lancinante : Hollande ne fait rien, ce gouvernement ne décide rien, le changement ce n’est pas “maintenant”.

Les récentes élections municipales, marquées par un effondrement de l’électorat de gauche, ont également été marquées par une apparente contradiction.

Bien que chacun soit conscient du fait que le scrutin municipal concerne une politique éminemment locale, ce que Najat Vallaud-Belkacem a rappelé aux électeurs au cours de la période pré-électorale, priant ceux-ci de ne faire aucun amalgame entre la politique menée par le gouvernement et les enjeux locaux des municipales, on a entendu Jean-Marc Ayrault, au soir du second tour, prendre acte de la lourde défaite subie par les listes PS (150+ villes perdues de 9000+ habitants, ce qui représente à l’échelle nationale au moins 1,5 millions d’électeurs). Ce qui était une erreur de communication si l’on souhaitait éviter tout amalgame…

Ce qui fut dit est dit et Manuel Valls occupe à présent Matignon, Jean-Marc Ayrault se retrouvant désormais complètement disponible pour mener à bien son projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes.

Doit-on se féliciter de la nomination du très rocardien Valls par Hollande ?

Par cette nomination, Hollande souhaite certainement montrer qu’est venu le temps de l’action, comme le suggérait récemment encore S. Royal :

«J’espère que cette défaite-là va réveiller les équipes au pouvoir…»

Michel Rocard, interrogé par Le Point, explique :

«Nous sommes dans une situation de crise et de drame. Ni le président de la République ni Jean-Marc Ayrault n’avaient réussi à donner l’impression qu’ils la maîtrisaient ou la comprenaient. De ce point de vue, Manuel Valls a davantage de capacités.»

Nous retenons de son passé que Michel Rocard fut un homme de synthèse entre les ailes droite et gauche du PS, parti semblant avoir le plus grand mal à se réformer depuis des décennies. Au journaliste du Point qui l’interroge sur le fait de savoir si Valls est rocardien il répond :

«[…] rocardien, ça ne veut rien dire. […] Le mot est appliqué à ceux qui souhaitent débarrasser la gauche d’une pensée marxiste ou trop étatiste et pensent qu’il faut s’intégrer dans une économie de marché en essayant de donner des résultats de distribution qui soient sociaux. À ce titre, Manuel Valls est rocardien.»

Il est donc attendu du nouveau Premier Ministre qu’il soit un homme d’action, ce qui semble communément admis.

Il est également attendu qu’il soit un homme de gauche, si l’on se fie au résultat des municipales et à l’immense déception dont ce résultat est le signe, ce qui est plus sujet à caution. Considéré comme un tenant de l’aile droite du PS, Manuel Valls avait exprimé ses doutes quant aux 35h lors de la campagne présidentielle de 2012 face à F. Hollande. Il va dorénavant devoir mettre en oeuvre le Pacte de Responsabilité d’Hollande, ce qui est la continuité de la politique de droite de Sarkozy.

A ces cadeaux fiscaux aux entreprises, pour lesquels Jean-Marc Ayrault avait échoué à obtenir quelque contrepartie que ce soit de la part des bénéficiaires, il est prévu d’ajouter des réductions fiscales pour les ménages, propositions dont nous sommes à peu près certains que l’Europe va exiger des contreparties en matière d’austérité (50 milliards d’euros à trouver pour financer cette politique de relance). S’il s’agit de faire des tours de passe-passe consistant à moins prélever sur les fiches de paie d’un côté tout en diminuant les prestations sociales de l’autre, cela confirmera une dérive droitière de la politique économique du gouvernement, car ces baisses de charge ne sont que le préalable à des gains de compétitivité pour les entreprises qui pourront proposer des salaires constants pour des charges moindres. Or ce manque à gagner devra être compenser dans le cadre d’une gestion budgétaire rigoureuse.

Comme le souligne M. Cotta dans son article, la ralliement de Valls à Hollande lors des présidentielles était le fruit d’un accord entre eux sur 3 points essentiels :

  1. nécessité d’une conduite budgétaire rigoureuse
  2. maintien du nucléaire
  3. maîtrise de l’immigration

En matière de politique économique, il n’y a donc pas lieu de se réjouir de l’arrivée de Valls à Matignon puisque, au mépris de la justice sociale attendue par les électeurs, celui-ci va devoir mettre en oeuvre la feuille de route d’Hollande, très critiquée par l’aile gauche du PS. On est donc loin d’un Rocard, qui, en son temps, avait beaucoup œuvré pour la justice sociale en mettant en place le RMI par exemple.

Cette contradiction fera certainement le lit d’une recrudescence de votes Front National aux prochaines élections pour des électeurs qui ne font plus la différence entre UMP et PS.

Sur l’écologie, pour finir, on peut également déplorer ce choix d’un partisan du nucléaire qui s’est clairement exprimé pour le maintien de celui-ci, au mépris du vote des français lors des présidentielles de 2012. Sur ce point, EELV ne s’est fait aucune illusion et a exprimé très vertement son choix de ne pas faire partie du gouvernement de M. Valls.

Wake up.

Lovegiver.

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.

Nous apprécions vos commentaires.

avatar
  Subscribe  
Notify of

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Matignon : Valls des fauteuils

Valls est-il l'homme providentiel des français ou de François ?
Skip to toolbar