Les entrepreneurs politiques

La deuxième droite
12/02/2014
Nouvelle Donne
La Loi d’airain du dieu Croissance
23/02/2014

Les entrepreneurs politiques

En ces temps d’élections, municipales bientôt, européennes dans quelques mois, le sport favori de nos hommes politiques, ou plutôt des ces entrepreneurs politiques qui ont fait de la Politique une profession (de foi ?…) et de leurs appareils politiques leurs entreprises à but lucratif, va recommencer.
Il y a une population, ou plutôt “des populations”, qu’il va falloir s’accaparer, qu’il va leur falloir unir derrière eux, en cristallisant les passions, les ressentiments, les frustrations, les haines, tout ça pour peser sur le débat public et accessoirement se tailler la part du lion.
Et les vainqueurs de se poser ensuite en rassembleurs.

L’existence de populations

Les entrepreneurs politiques s’appuient sur un fait : tout terrain de jeu électoral est constitué de différentes catégories de populations qui s’inter-pénètrent.
Rien de sexuel, ni de bien nouveau : une population donnée peut être découpée en fonction de facteurs qui sont choisis par l’observateur en fonction de ce qu’il souhaite mettre en évidence. Par exemple :

  • le sexe : hommes-femmes
  • l’activité : actifs-inactifs
  • la religion : chrétiens-juifs-musulmans-boudhistes-baha’i…
  • la catégorie d’emploi : privé-public
  • les penchants sexuels: homo-hétéro
  • le cadre de vie : urbain-rural
  • etc.

Ce découpage en tranches permet de qualifier et de quantifier des groupes d’individus de toutes sortes de façons, il est toujours possible de trouver des clés de répartition permettant de faire des tas que les entrepreneurs politiques savent utiliser.

Ces “tas” ne sont pas à proprement parler des identités ou des communautés, bien qu’ils puissent l’être, celles-ci pouvant être considérées comme des sous-ensembles d’une vision plus globale de toute société qui, en plus de facteurs identitaires ou communautaires, intègre également des faits, des états transitoires ou permanents, qui affectent des individus.

Par exemple, le fait d’être chômeur n’est pas a priori un élément dont l’individu qui le vit puisse se sentir amputé une fois que cet état disparaît. Cet individu ne pourra pas prétendre une fois de retour dans l’emploi qu’il lui manque une partie de lui-même. Il ne s’agit donc pas d’un facteur identitaire.

Entrepreneurs politiques

De même, les chômeurs ne constituent pas une communauté soudée autour de valeurs, de pratiques, de rites. Ils peuvent à l’occasion s’unir ponctuellement dans le cadre d’une revendication pour une meilleure prise en compte de leur détresse quotidienne par les pouvoirs publics, avoir des représentants qui fédèrent les paroles, portent un message, mais rien qui ressemble à une communauté.

Ces “tas” relèvent plus de la population au sens que la sociologie ou la statistique peuvent lui conférer.

(Pour aller plus loin sur cette question de l’identité, cf. “Crises d’identités” de V. Descombes in Le Monde Diplomatique, fév. 2014, p.3).

Ces clés de répartition ne sont pas exclusives les unes des autres :

  • Un chrétien, ecclésiastique par exemple, peut être hétéro.
  • On a des actifs qui vivent en milieu rural et qui côtoient des gays baha’i qui travaillent dans les champs.
  • On rencontre aussi beaucoup de femmes juives travaillant dans le secteur public.

Les déclinaisons peuvent être infinies si l’on considère le nombre de clés possibles ainsi que la combinatoire qui en résulte. Mais toutes décrivent des groupes d’individus, différents au regard de leurs identités particulières, qui ont cependant un point commun : blancs caucasiens de la plaine de la Beauce et papous de la tribu du crocodile partagent quelque chose d’irréductible à une identité particulière, l’immanence absolue de leur humanité.

Comment les populations sont instrumentalisées pour le meilleur ou pour le pire

Alors puisque nous sommes tous les mêmes, puisque il n’y a rien de nouveau sous le soleil, pourquoi cet étalage d’évidences ? Devons-nous craindre les entrepreneurs politiques ?

En réalité, tout dépend de quels entrepreneurs politiques nous parlons et de ce qu’ils proposent. Mais il faut garder à l’esprit qu’il sera difficile de trouver un entrepreneur politique faisant l’unanimité quoique pas impossible en théorie.

Si l’on se plonge dans le passé, par exemple la période révolutionnaire en France à la fin du 18ème siècle, on se souvient aisément des figures de cette tranche d’Histoire qu’étaient Danton, Desmoulins ou encore Robespierre. Ces personnages étaient des entrepreneurs politiques qui s’adressaient à une part non négligeable de la population française de cette époque. Ils vendaient le pouvoir au peuple contre la détention séculaire de celui-ci par le système aristocratique et royal. Certaines populations (les chouans dans l’ouest de la France), pourtant constituées de déshérités, de paysans, de petits artisans, ont lutté contre cette offre politique aux côtés des troupes royalistes et loyalistes. Force est de constater que le plus grand nombre a eu le dernier mot.

Manif pour tous

Plus récemment, lors des manifestations anti- “mariage pour tous”, on pouvait lire sur une pancarte :

La classe, non ?

S’il avait été attentif ou simplement plus ouvert d’esprit, cet homme aurait compris qu’il ne s’agissait aucunement d’une loi sur la sodomie ni sur la promotion de l’homosexualité ou de la gestion pour autrui.

L’objectif était de solutionner des situations de vie compliquées dans lesquelles des gens qui s’aiment n’ont pas les mêmes droits que les autres, les normaux, les papas-dans-mamans, qui constituent effectivement la part la plus importante des formes que peut prendre le couple dans notre société.
Cette normalisation, qui relève du rôle basique d’un gouvernement, a alors été instrumentalisée par certains partis politiques pour s’attirer les votes des “anti”, dans ce cas la droite catholique, l’extrême-droite, etc. L’opposition s’oppose et prend pour cela appui sur une autre “population” que cette mesure dérange.

Voici comment les mauvais entrepreneurs politiques engrangent des voix en vue du prochain scrutin électoral sans rien proposer de constructif, sans projet, juste en se cantonnant à un rôle d’opposants qui canalisent des forces dont ils absorbent l’énergie pour se propulser au sommet.

Que faire pour ne pas tomber dans les griffes des mauvais entrepreneurs politiques ?

R. Enthoven, commentant Nietzshe sur France-Culture (L’éthique de Nietzsche (1)“), avait une expression intéressante consistant à inverser son regard, c’est à dire à faire preuve d’empathie :

Penser contre soi

Se mettre dans la peau de celui qu’on exclut et jauger la validité du raisonnement sous-jacent si jamais raisonnement il y a…

Si c’était les hétéros qu’on mettait à l’index ?
Si c’était les blancs auxquels on interdisait de monter dans les bus des noirs ?
Si c’était les blancs qu’on privait de travail parce que leur nom sonne mal ?

En faisant preuve d’esprit critique, en ne cédant pas à la facilité, il devient possible d’attendre de nos politiciens des politiques vraies, utiles, qui font sens. De ne pas nous enfermer dans des clivages anachroniques, des idéologies pré-mâchées, des littératures qu’ils ne comprennent pas plus que vous et moi.

Main invisible

Adam Smith affirme que la main est invisible, mais elle reste imprimable

Et pour tous ceux qui croient encore en une main invisible, leur mettre la nôtre dans la gueule pour qu’ils ouvrent les yeux.

Sur l’utilité de penser “contre soi”, je recommande vivement d’écouter L’éthique de Nietzsche 1 & 2 (cf. rubrique Podcasts).

A bon entendeur.

Lovegiver.

Quelques liens utiles pour approfondir :

Ecole Autrichienne en Ligne
Le vote et la vertu

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.

Nous apprécions vos commentaires.

avatar
  Subscribe  
Notify of

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Les entrepreneurs politiques

Les entrepreneurs politiques s'appuient sur nos appartenances pour bâtir leur base électorale, mais ont-ils un projet à nous proposer ?
Skip to toolbar