L’excision bientôt interdite en Somalie ? [Le Monde]

La #LoiTravail pour une société de la précarité
26/03/2016
La déchéance de nationalité déracinée de la révision constitutionnelle
30/03/2016

L’excision bientôt interdite en Somalie ? [Le Monde]

amran-mahamood-exciseuse

Amran Mahamood, exciseuse

Une révolution contre l'excision

En Somalie, le combat de Sahra Ali Samatar contre l’excision

L’ablation du clitoris des fillettes de 4 à 11 ans est considérée comme l’excision minimaliste, ou “sunna“.

Ce qu’inspirent ces mutilations, c’est avant tout un profond dégoût de l’homme et des systèmes de domination qu’il met en œuvre par tous les moyens possibles, dans tous les domaines de l’existence.

Qu’il s’agisse d’économie, d’organisation politique, de sport ou de religion, tout pour l’homme est un vecteur possible d’hubris et de volonté de suprématie et de puissance.

Briser l’alter ego pour briser le miroir qu’il nous tend.

 

Je repense à cette fiction historique (que nous devons au regretté Alain Decaux, disparu aujourd’hui) sur les cathares et leur extermination par le feu. Cibles des catholiques, qui les réduisaient au statut d’hérétiques, ceux-ci souhaitaient quitter l’église qui se voulait universelle – donc dominatrice – parce qu’ils la savaient corrompue par le pouvoir.

Exterminer les cathares consistait, pour les catholiques, à briser le miroir que ceux-ci leur mettaient devant les yeux et rejeter le constat de leur propre incurie.

Et bien il en va de même pour les femmes et ces mutilations qu’on leur impose au nom de la religion, de la tradition : elles ne sont qu’un moyen pour les mâles d’entretenir une (illusion de) tradition séculaire de domination de la femme.

Or, en les mutilant sexuellement, ces hommes mettent clairement en évidence leur propre corruption : celle de leur indéfectible et irrépressible soumission à leurs désirs et pulsions sexuelles. En mutilant la femme dans son intimité, ils laissent entr’apercevoir l’idée qu’ils s’en font : celle d’être avant tout un objet de désir, une tentatrice, une pécheresse.

En s’en prenant à des enfants, ils s’assurent de n’avoir aucune résistance, ni physique, ni intellectuelle.

En Somalie, qui est le pays où l’on trouve le plus fort pourcentage de femmes mutilées (98%), les choses pourraient évoluer sous l’impulsion de Sahra Ali Samatar, ministre des femmes et des affaires familiales qui compte des alliés de poids, dont l’actuel premier ministre.

Nous lui souhaitons bonne chance pour sa révolution.

 

Excision-Unicef


Wake up.

Lovegiver

 

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver

Je tente de décrypter l’actualité en croisant différentes sources d’informations dont je fournis systématiquement les liens.
Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j’ai des événements dans l’espoir de susciter un échange avec les lecteurs.
On me reproche à l’occasion de faire des articles trop longs, mais je m’efforce surtout d’être clair.
Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.

Nous apprécions vos commentaires.

Notify of
avatar
WordPress spam bloqué par CleanTalk.
wpDiscuz

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

L’excision bientôt interdite en Somalie ? [Le Monde]

Révolution en Somalie où un système de domination va peut-être disparaître. L'excision bientôt interdite sous l'impulsion de Sahra Ali Samatar.
Skip to toolbar