Carton Rouge à Patrick Pouyanné, PDG de Total

A l’article 49.3, répondons par l’article 35 de la DDHC
13/05/2016
L’entreprise, lieu social malgré elle (1/4)
05/06/2016

Carton Rouge à Patrick Pouyanné, PDG de Total

Carton Rouge

Les cartons rouges vous ont manqué autant qu’ils nous ont manqué. L’actualité, riche en France depuis quelques mois, a pourtant fourni bien des occasions de brocarder les imbéciles qui semblent de plus en plus nombreux.

Nous avons donc le plaisir de relancer cette rubrique avec, comme cible dans le collimateur, Patrick Pouyanné, PDG de Total, première entreprise française du point de vue des bénéfices réalisés (plus de 12 milliards d’euros par an).


Autant dire que, quand rien ne roule sur nos routes, rien ne va plus pour Total. Le Figaro parle de 45 millions d’euros de pertes par semaine. Bien sûr, ce chiffre serait d’autant plus catastrophique si ces pertes colossales impactaient dans un second temps le budget de l’état français, des bénéfices moindres engendrant nécessairement des recettes fiscales moindres.

Patrick Pouyanne TotalMais rassurez-vous : le prédécesseur de Patrick Pouyanné à la tête de Total, Christophe de Margerie, qui a tragiquement perdu la vie dans un dernier grand bain de kérosène en flammes, avait pensé à tout. Sous couvert d’optimisation fiscale, celui-ci avait créé aux Pays-Bas, pays ami taxant les bénéfices sur les produits pétroliers à 0%, une filiale réalisant tous les bénéfices de Total.

Du coup, dans le même temps qu’il réclamait chaque année à l’état français (donc nous, en somme) presque 100 millions de crédits d’impôts au titre de la recherche scientifique subventionnée, Christophe de Margerie, grâce à sa filiale néerlandaise, économisait 3 à 4 milliards d’impôt sur les bénéfices.

Ces 3 à 4 milliards, auxquels il faudrait rajouter les 1,6 milliard de Google et les dizaines de milliards des Panama Papers, sont autant d’argent volé aux français qui voient, par contrecoup, leur état social démantelé petit à petit faute de financements suffisants.

 

Tout ceci étant dit en guise d’introduction, venons-en aux déclarations des dirigeants de Total à l’occasion du blocage de 7 des 8 raffineries de Total en guise de protestation contre l’adoption de la #LoiTravail à coup de 49.3.

Nous citons Le Figaro, qui s’y entend en déclarations pourries :

“C’est quelque part une forme de rupture du pacte qui lie à la fois nos employés et notre entreprise”, a estimé Patrick Pouyanné en marge de l’assemblée générale des actionnaires. “Cela va nous conduire à réviser sérieusement les plans que nous avons d’investissements dans l’ensemble de ces sites en France”, a-t-il ajouté.

Une menace évoquée dans un mail envoyé vendredi soir aux cadres du groupe par le directeur général Raffinage-Chimie du groupe pétrolier, que Le Figaro s’était procuré. “Les événements qui se déroulent en ce moment dans nos raffineries sont extrêmement graves et constituent une prise en otage de nos activités et de nos sites pour nourrir une lutte qui n’est pas la nôtre”, écrit Philippe Sauquet, directeur général Raffinage-Chimie, dans ce mail.

Le Figaro

 

Commençons par la déclaration de Philippe Sauquet, DG de la branche Raffinage-Chimie du groupe :

Les événements qui se déroulent en ce moment dans nos raffineries sont extrêmement graves et constituent une prise en otage de nos activités et de nos sites pour nourrir une lutte qui n’est pas la nôtre.

Philippe Sauquet

Cette lutte n’est peut-être pas le sienne, mais celle de très nombreux salariés de Total dont la #LoiTravail menace les conditions d’existence. Faut-il voir dans ces propos une certaine dose de “conscience de classe” de la part de M. Sauquet, ou relève-t-il simplement que les salariés de Total ne sont à la pointe de ce mouvement de protestation qui menace de tourner en grève générale que parce que c’est dans ce secteur d’activité que la CGT est capable de mobiliser avec autant de rapidité que de capacité de nuisance ?

Auquel cas, françaises, français, nous devons considérer les grévistes de la CGT comme le fer de lance d’un mouvement qui, à moyen terme, pourrait se généraliser si vous aussi vous décidiez d’agir contre cet avatar du libéralisme qu’est cette loi injuste. Afin de vous aider dans votre décision, nous vous suggérons alors de prendre connaissance des propos d’Emmanuel Macron (toujours dans Le Figaro) plaidant pour une modération salariale, seule capable de rendre attractive l’économie nationale. Avec la #LoiTravail, les salariés français n’en sont qu’au stade où ils baissent leur culotte. La pénétration sans modération pourrait venir avec la modération prônée par Macron.

Travailler plus pour gagner moins“, même Sarkozy n’aurait pas osé.

 

Venons-en aux propos du PDG de Total, Patrick Pouyanné :

“Cela va nous conduire à réviser sérieusement les plans que nous avons d’investissements dans l’ensemble de ces sites en France”.

Patrick Pouyanné

Comment ne pas voir cette ENORME ficelle qui consiste à servir sur un plateau au gouvernement les motifs nécessaires et suffisants pour casser cette grève : les investissements en France de la boîte qui réalise le plus de bénéfices… Donc l’emploi. Casser la grève (en faisant travailler l’armée à la place des salariés par exemple) pour défendre l’emploi, paradoxe magnifique qui ne pouvait venir que d’un gouvernement prétendument progressiste.

A quelques semaines de l’Euro 2016 et des vacances d’été (piqûre de rappel : la France est la première destination mondiale pour les touristes, et nombreux sont ceux qui viennent en voiture, précieux outil qui sirote de l’essence Total), le gouvernement socialiste, naturellement énervé parce qu’il ne supporte pas la contestation, poussé au cul par Alain Juppé qui déclare (France info), dans une posture tout à fait présidentielle, que le gouvernement n’est pas à la hauteur et que l’état doit montrer son autorité, va devoir invoquer, pour se justifier à nos yeux, les bonnes raisons qui vont lui permettre de briser ce mouvement de contestation.

A notre humble avis, si l’état doit faire montre d’autorité, c’est à l’égard de Total, pas des français, afin de faire entrer dans la tête de ses dirigeants que le chantage à l’emploi n’est vraiment pas une bonne idée et une mauvaise habitude dont il faudrait rapidement se débarrasser. Pierre Gattaz, si vous nous lisez…

 

“C’est quelque part une forme de rupture du pacte qui lie à la fois nos employés et notre entreprise”.

Patrick Pouyanné

Nous touchons le fond avec cette petite phrase qui ne fait que mettre plus en évidence encore la nature de la relation qui unit véritablement un patron à ses salariés. Il existerait une sorte de pacte moral, au-delà de la relation contractuelle qui lie un salarié à son entreprise. Ce pacte moral serait naturellement plus fort que la loi, selon laquelle le droit de grève est un droit constitutionnel, de même que la lutte armée contre un état malveillant  est un devoir, comme la rappel l’article 35 de la DDHC qui fait partie intégrante de notre Constitution dont elle est le préambule.

La #LoiTravail consacre l’inversion de la hiérarchie des normes, la primauté de l’intérêt privé, de l’entreprise, sur l’intérêt général. Force est de constater qu’en la matière les dirigeants économiques et politiques de notre pays ont bien pris leurs marques. Faut-il là aussi y voir une éventuelle trace de conscience de classe ?


Wake up.

Lovegiver

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.

1
Nous apprécions vos commentaires.

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Adrien Recent comment authors
WordPress spam bloqué par CleanTalk.
  Subscribe  
newest oldest most voted
Notify of
Adrien
Membre

Moi je suis contre la loi travail et je soutiens la contestation. Mais je ne sais pas quoi penser de cette grève. Valls est déterminé : il a utilisé le 49.3 pour arriver à ses fins après des semaines de #NuitDebout, je ne vois aucune raison pour qu’il change d’avis maintenant. Du coup, cette grève va surtout toucher les français. Et avec l’Euro16 qui approche et les vacances, ça va donner une mauvaise opinion du pays, faire perdre beaucoup d’argent. Le jeu en vaudrait la chandelle s’il y avait un espoir, mais je crains que Valls ne soit plus déterminé… Read more »

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Carton Rouge à Patrick Pouyanné, PDG de Total

Avec le chantage à l'emploi, Patrick Pouyanné veut-il détourner l'attention de l'optimisation fiscale qu'il pratique à grande échelle ? Total bonne foi.
Skip to toolbar