Cloud Atlas : mécanique d’une révélation

Droit dans le mur
Voter “citoyen” pour que ça change
23/09/2015
unedic convention chômage
Le Conseil d’État retoque la convention chômage. Et toc !
06/10/2015

Cloud Atlas : mécanique d’une révélation

Cloud Atlas Affiche

La parentalité m’ayant quasiment définitivement coupé du cinéma il y a plus d’une décennie de cela (mais sans regret ^^), mes rares incursions dans les salles obscures se bornent désormais principalement à des dessins animés et films d’animation choisis par mes enfants.

Profitant d’un créneau de disponibilité inattendu de mon téléviseur, j’ai récemment eu l’occasion de découvrir un film surprenant dont je souhaitais vous toucher un mot : Cloud Atlas.

Celui-ci m’avait complètement échappé lors de sa sortie en salles en 2013 et la critique l’avait tièdement accueilli, ce qui explique en partie le peu de bruit qu’il suscita malgré un très gros budget et un casting plutôt prestigieux (cf. IMDB).

Cloud Atlas est un film à la fois captivant et difficile qui peut vous laisser sur la touche dès les premières minutes du fait d’une succession de séquences (détail des séquences) dont l’action se déroule à des époques différentes, sans lien apparent entre elles, mais dont les personnages se ressemblent étrangement. Et pour cause, ce sont les mêmes.

Cloud Atlas characters personnages

Évolution des personnages dans Cloud Atlas

[gap height=”20″]

La première hypothèse que l’on fait est celle d’un film traitant de la réincarnation. Elle s’avère en partie fausse. Le fait que les acteurs jouent chacun plusieurs rôles a plutôt pour fonction de lier entre elles les époques, mais aussi les destins de celles et ceux qui parviendront dans le temps à changer le cours des choses.

Au fur et à mesure du film, les séquences différentes se mêlent plus intimement, renforçant l’effet de confusion qui est peut-être le seul reproche que l’on peut faire à ce film.

Le changement et l’ordre sont des thèmes  centraux de Cloud Atlas. Tous les personnages devront, à un moment donné de leur existence, faire des choix qui auront une incidence sur leurs destins mais aussi celui de l’humanité toute entière. Ces personnages partagent un signe distinctif : une marque de naissance en forme de comète.

Cloud Atlas Mauvaise Conscience

Culpabilité, Surmoi, mauvaise conscience, tradition, ordre sont incarnés par Hugo Weaving

Un vent libertaire marque le film de son emprunte. Les personnages, qui évoluent dans des contextes différents, sont tous confrontés à des destins, des forces, des cultures qui les écrasent. J’ai particulièrement apprécié le personnage (incarné par Hugo Weaving) qui hante Zachry (Tom Hanks) et qui n’a pas d’existence réelle si ce n’est qu’il incarne la petite voix qui sommeille en chacun de nous et guide nos décisions, que ce soit par la peur et la lâcheté ou en invoquant le poids des traditions afin de s’opposer à tout changement. C’est la voix de la mauvaise conscience qui parle par sa bouche, et surtout celle de la culpabilité, ce sentiment qui empêche d’agir parce qu’il remet en question l’édifice sur lequel nos vies sont bâties, la croyance en certains systèmes de valeurs qui guident nos actes et nos pensées.

Tous doivent faire face à des menaces de natures différentes mais qui, potentiellement, peuvent provoquer un chaos. Les décisions à prendre posent souvent un cas de conscience en rapport avec l’ordre social dont l’équilibre peut basculer à tout moment.

Cet ordre social est toujours incarné par des personnages qui portent toujours le même message :

[quote font_size=”16″ bgcolor=”#fdf4d1″ color=”#” bcolor=”#b6ac9a” arrow=”yes”]Les faibles sont pitance dont les forts s’emplissent la panse[/quote]

[gap height=”20″]

Un autre thème, particulièrement intéressant, que ce film aborde est celui de la “révélation“.

A la manière d’un René Girard, qui dévoile dans l’un de ses plus célèbres ouvrages qu’il y a “des choses cachées depuis la fondation du Monde“, la “révélation” est un ressort essentiel dans cette histoire. J’emploie à dessein le terme très chrétien de “révélation” (d’où l’allusion à R. Girard) parce que dans l’histoire, celle du film mais également l’histoire avec un grand “H”, les destins basculent quand la vérité est dévoilée.

La vérité dont il s’agit concerne la nature de l’ordre social en place (les faibles sont pitances pour les puissants) et le dévoilement de celle-ci menace de déséquilibrer ce dernier.

Cette remise en question est source de chaos mais également de renaissance : de la mort jaillit une vie nouvelle.

Ainsi la question que pose Cloud Atlas (et certainement le livre qui l’a inspiré) est celle de savoir si la révélation est nécessaire et souhaitable ou si elle doit être tue pour éviter le chaos qui s’ensuivra. Révolution ou ordre social ?

Comme dans Matrix, Hugo Weaving campe un farouche défenseur de l’ordre social : tout ce qui trouble cet ordre doit être éliminé. On retrouve ici tout le contenu de la geste chrétienne : le Christ (messager) est venu faire une révélation aux hommes. Ce faisant, il remet en cause l’ordre social. Capturé, il est martyrisé puis exécuté.

Tel est le funeste destin qui attend Sonmi-451 (Doona Bae), une pure victime du système consumériste qui, du fait de ses révélations, sera éliminée. Plusieurs décennies après sa mort, alors que son histoire (réelle, celle de sa vie) s’est perdue, celle-ci reste révérée comme une déesse par la communauté à laquelle Zachry appartient. Dans le film, les destins de Zachry et de Sonmi-451 se croisent alors qu’ils vivent à des époques différentes : avec le temps, la victime sacrifiée a été divinisée.

[gap height=”20″]

Si j’ai tenu à vous parler de ce film, c’est bien évidemment parce que j’ai passé un très bon moment et que je souhaite partager avec vous cette agréable expérience. Tel Matrix avant lui, Cloud Atlas fait partie de ces films à portée philosophique qui dévoilent en partie l’essence du monde dans lequel nous vivons.

Par un mécanisme de révélation du monde tel qu’il est ou tel qu’il pourrait devenir, ces films interrogent les spectateurs que nous sommes sur notre capacité (ainsi que notre envie) à prendre en main nos destins afin d’éviter la catastrophe qui s’annonce. Nous laisserons-nous bercer par la douceur ouatée du consumérisme qui caractérise notre époque (tel qu’annoncé par Tocqueville il y a 200 ans, respect !) ou prendrons-nous le risque de changer nos vies quoi qu’il en coûte ?

Si ce film nous parle, c’est parce qu’il est dans l’air du temps.

La Terre épuisée de Cloud Atlas

La Terre épuisée de Cloud Atlas

Le temps d’un système de domination qui devient plus cruel et plus dur à mesure qu’il s’affaiblit et que ceux qui l’observent et le dévoilent sont de plus en plus nombreux.

Le temps d’un système merdiatique aux ordres qui n’est plus là que pour porter la bonne parole de ceux qui le possèdent.

Le temps d’un système dénoncé par des lanceurs d’alertes de plus en plus nombreux (J. Assange, E. Snowden, etc.) et dont les têtes sont mises à prix.

Le temps d’un système dont les citoyens se détournent en n’allant plus voter mais en s’inscrivant dans un panel d’actions locales qui leur procurent le sentiment d’avoir agi utilement et réellement.

Le temps d’un système épuisé – sur une planète épuisée – dont la présence encore à cette heure n’est justifiée que par la pseudo-exigence du maintien d’un ordre social sans lequel nos nations s’effondreraient, mais un système qui ne fait plus rêver personne parce qu’il n’est plus en mesure d’apporter l’essentiel à nos vies : du SENS.

[gap height=”20″]

Wake up.

Lovegiver

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.
Subscribe
Notify of
guest
1 Commentaire
newest
oldest most voted
Inline Feedbacks
View all comments

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Cloud Atlas : mécanique d'une révélation

Cloud Atlas (2013) est un excellent film de science fiction qui pose la question de savoir si le changement est préférable à l'ordre social.
1
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Skip to toolbar