ASMR
ASMR
21/06/2015
cleantalk
Comment installer CleanTalk en 1 fois sur Drupal
22/06/2015

Feu Nouvelle Donne

Nouvelle Donne

Nous apprenions dimanche 21 juin 2015 dans Mediapart que 60 membres et responsables du parti politique Nouvelle Donne avaient collectivement présenté leur démission.

Ils dénoncent un parti “vidé de son sens“.

La lecture de cette tribune collective dans Mediapart me fend le cœur. Suis-je le seul ?

Quelle tristesse, quel déchirement, quel gâchis…

Tristesse parce, dès sa création, Nouvelle Donne a été pour moi un véritable espoir.

L’avant Nouvelle Donne : la désolation

Ils sont nombreux, en France, ceux que la politique a déçu. Pire : écœuré.

Dans notre pays, la France, pays révolutionnaire par excellence, pays connu du monde entier pour être la patrie des droits de l’Homme, les partis politiques dits “traditionnels” ont réussi une chose, et pas une seule de plus : celle de laisser penser à la quasi-totalité des citoyens français que la politique ne servait plus à rien, que l’inefficacité était le terme qui la qualifiait le mieux, que les femmes et hommes qui peuplaient notre paysage politique étaient tous pourris, tous corrompus, tous semblables.

Cette accusation de corruption généralisée est sans doute justifiée. Mais il faut alors définir celle-ci. Par corruption, je ne fais aucunement allusion à ces épiphénomènes que constituent le lot de voleurs, tricheurs et menteurs qui dissimulent leurs avoirs dans des paradis fiscaux, oublient de déclarer ceux-ci ou perçoivent des commissions pour eux-mêmes ou leurs partis.

La corruption dont il est question est une corruption des idées et de l’essence même des croyances et idéologies défendues par ces partis, presque une victoire du Mal sur le Bien. A ce titre, la présidence de François Hollande, dans le plus pur héritage mitterrandien,  aura été exemplaire : élu sur un programme de gauche marqué par le discours du Bourget, il n’aura eu de cesse de défendre les intérêts des grandes entreprises et de la finance qu’il avait dénoncés. Cette politique conservatrice n’est pas seulement mauvaise de par les principes et le nombre ultra-limité d’individus qu’elle défend, mais parce qu’il s’agit d’une trahison des espoirs que les françaises et les français avaient placés dans l’urne quand ils se sont exprimés. Une telle trahison ne fait qu’apporter du crédit au discours pernicieux d’un parti comme le Front National en plus de discréditer l’ensemble de la classe politique.

Le Front National, d’abord connu pour son racisme et son antisémitisme patenté, a, depuis sa reprise par la fille Le Pen, fait sa mue et, tel un phénix, pu renaitre non pas de ses propres cendres mais de celles, encore chaudes, de nos partis traditionnels. Si la lutte contre l’immigration reste un phare pour ses affidés, celui-ci a, depuis plusieurs années, su récupérer le discours que la gauche elle-même n’est plus capable de faire vivre : celui de l’espoir et du changement. Cette transformation et cette progression du FN, scrutin après scrutin, sont l’un des signes que les français veulent le changement. Et pour cela, ils sont prêts à se jeter dans les bras de n’importe qui. L’alternance droite-gauche au pouvoir était un indice évident de cette volonté de renouveau que personne ne savait prendre à son compte. La droite, par nature, ne le pouvait pas, parce qu’elle défend les idées qui visent justement à limiter au strict minimum l’influence de l’état dans la vie de la nation. Mais la gauche ?

La gauche, que dire d’elle ? Qu’elle est multiple ? Non, juste fractionnée. Comment mieux définir les forces progressistes de France qu’en stigmatisant leur désunion et leur absence de repères lisibles pour les électeurs ? La seule gauche “lisible” et audible, incarnée par le PS qui n’a plus de socialiste que le nom, a retourné sa veste pour rejoindre les rangs des conservateurs et des vrais profiteurs. Quant aux écologistes, ils se déchirent encore et toujours pour savoir s’il est opportun de troquer leurs convictions contre quelques maroquins. Quand je lis, dans les commentaires des lecteurs de Mediapart, que Jean-Vincent Placé “sait faire taire son ego face à l’appel du devoir“, je trouve cela particulièrement savoureux.

Nouvelle Donne

La différence de Nouvelle Donne : ses membres

C’est dans ce contexte que Nouvelle Donne est née. Avec un regard différent, avec des propositions concrètes, avec un discours audible et simple sans être simpliste, elle a su se faire entendre par des centaines de milliers d’individus qui avaient, en toute conscience, fait le choix de continuer à voter dans un pays où chaque scrutin bat de nouveaux records d’abstentionnisme et où une partie des déçus, des écœurés, a décidé de grossir les rangs d’un parti aux valeurs discutables.

Nouvelle Donne a su mobiliser sur quelque chose de simple : une république des valeurs dans laquelle chacun peut être force de proposition et entendu. Un collectif citoyen au sein duquel chacun peut se rendre utile en partageant ce qu’il sait faire ou simplement son temps. Le parti est pensé comme un outil collectif au service de tous les français, pas une écurie permettant de sélectionner une bête de concours. D’ailleurs, ce parti n’a pas d’autre chef(s) que ses propres membres qui le dirigent au travers d’un Conseil Citoyen. Tout représentant, même “médiatique”, peut être remercié du jour au lendemain, y compris son fondateur. Le parti n’est pas SA chose : c’est une volonté collective.

Pour forger un tel outil, nombre de membres ont consacré beaucoup de leur temps. Quand je dis beaucoup, j’entends plusieurs centaines d’heures multipliées par des milliers d’adhérents. Des adhérents qui avaient la foi. Certains ont accouché les statuts, d’autres les outils pour collaborer à l’ère du numérique. Tout cela s’est fait simultanément, partout sur le territoire, dans un grand élan de générosité collective et citoyenne. Mais, comme souvent, certains ont mal pensé et détourné les outils collectifs pour assurer leur propre position au sein de l’organisation. De même que le FN profite des transfuges d’autres partis qui viennent chercher en son sein des postes exposés à la lumières médiatique sans aucunement partager ses valeurs, Nouvelle Donne a vu ses organes internes atteints par le cancer de l’ambition et de la promotion du Soi. Le parti a échappé à ses membres pour devenir un tremplin vers une carrière politique, soit l’exact contraire de ce pour quoi ces organes avaient été pensés. Trucage, tricherie, mensonge sont venus corrompre un corps sain. Nouvelle Donne est ainsi devenu un parti comme un autre… et c’est là le gâchis qu’il faut déplorer.

Ceux qui partent

Le déchirement, c’est cette liste de noms : Isa, Manu, Fanny, Yann, Benjamin, Eric, Carole et des dizaines d’autres qui, dans un dernier élan collectif, ont décidé de partir pour mettre leur énergie au service de projets citoyens. Des personnalités qui ne se posent pas la question de savoir si Nouvelle Donne est prête pour participer aux élections régionales, ni quelle stratégie d’alliance(s) est la plus à même de faire braquer les projecteurs sur le parti sans trop le corrompre. Des hommes et des femmes qui se fichent de leur avenir personnel et qui ont décidé que les 9 millions de pauvres et les 5 millions de chômeurs en France ne pouvaient pas attendre que Nouvelle Donne soit prête, le programme bouclé, le plan média fignolé.

Ces hommes et ces femmes, que j’ai connus au travers de Nouvelle Donne, je souhaiterais leur dire ici que j’ai pour eux la plus grande estime et que je suis fier d’avoir, très modestement, travaillé à leurs côtés.

Que souhaiter à Nouvelle Donne ? Qu’il ne soit pas déjà trop tard ? Que la gangrène n’ait pas complètement rongé ce dans quoi l’espoir s’était incarné ? Depuis hier, dans Mediapart, les charognards, attirés par l’odeur du sang, se battent pour savoir qui aura la primeur du repas. Peu de commentaires finalement parlent de Nouvelle Donne ni de l’initiative des sortants. Tous se disputent l’héritage… On y parle plus souvent du Front de Gauche, du Parti de Gauche, du PCF, d’EELV, cette gauche à l’allure de miroir brisé dans lequel chacun feint de se reconnaitre, mais sans être capable de voir la “big picture”, sans comprendre réellement ce qui fait l’unité de cette gauche, son identité, son visage.

On aurait plutôt envie de savoir ce qu’il va se passer pour ceux qui ont décidé de reprendre leur liberté, quelles formes va prendre leur combat, comment leurs actions seront coordonnées, comment leur parler.

Et pour ceux qui le souhaitent, comment les rejoindre ? Ils ont laissé une adresse que vous trouverez dans notre forum consacré à Nouvelle Donne.

 

Wake up.

Lovegiver

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.
Subscribe
Notify of
guest
10 Commentaires
newest
oldest most voted
Inline Feedbacks
View all comments
Djoe Bonev

Je ne crois pas aux “anciennes” car je mon propre expérience de déçu de tels formations et rassemblements et je suis “vacciné” depuis 1998 ! C’est pour cela on n’abandonne pas, on travaille pour défendre nos idées et non pas des intérêts personnels, on oeuvre pour transparence, on est des citoyens lambda majoritairement sans anciennes appartenances politiques et on fait pas des appels Anonymes : voir http://refondationnouvelledonne.blogspot.fr/?zx=76cab736d6682cfb

Au plaisir de vous rencontrer et discuter avec vous à visage découvert 😉

jacques pinchard

Au-delà des personnes, je crains que cette pagaille au sommet et dans trop de CT est dû à un absolutisme de Transparence, qui en fait cache souvent un manque de confiance, et parfois un individualisme sournois. Et tout autant, à l’imprécision de nos statuts sur les responsabilités confiées à nos coprésidents et des cosecrétaires. En l’état tous les membres du bureau peuvent invoquer avoir autorité… et, sur FB chaque individu s’instaure Prince. La règle, la justice et la police, constitutifs de tout groupe social, sont faites pour protéger les plus faibles face aux agissements de ceux qui passent à l’acte,… Read more »

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Feu Nouvelle Donne

Nous apprenions dimanche 21 juin 2015 dans Mediapart que 60 membres et responsables du parti politique Nouvelle Donne avaient collectivement démissionné.
10
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Skip to toolbar