Humour : La France n’aura que deux ans pour ramener son PIB sous 3% (Le Monde)

Messenger of the Gods. Les médias en question.
22/02/2015
Le Parti socialiste ne sanctionne pas ses frondeurs. Merci Cambadélis ?
26/02/2015

Humour : La France n’aura que deux ans pour ramener son PIB sous 3% (Le Monde)

Pierre Moscovoci

Le PIB selon le MondeSelon le journal Le Monde, qui s’est empressé de relayer l’information (heureusement modifiée depuis), “La France n’aura que deux ans pour ramener son PIB sous 3 %”.

Le Monde ajoute dans son “alerte” que Paris avait demandé un délai supplémentaire afin d’éviter que cette échéance ne pèse trop lourdement sur les élections présidentielles qui auront lieu en 2017.

François Hollande pensait sans doute se présenter à ce scrutin avec un trop net avantage sur ses concurrents du fait de la réussite incontestable de ses gouvernements successifs en ce qui concerne le maintien parfait et continu du PIB sous la barre des 3% de croissance…

Laissons au Monde le soin d’informer la Commission Européenne que cet objectif a été atteint depuis plusieurs décennies et que les français que nous sommes attendent de vrais challenges.

Comme nous le voyons sur cette copie d’écran, l’actualité ne manque pas d’humour puisque Nicolas Sarkozy, toujours d’après Le Monde, “accuse Hollande d’avoir cassé la machine économique” alors que la responsabilité serait plutôt à chercher du côté des politiques d’austérité que l’Europe et les droites européennes imposent à leurs concitoyens.

A n’en pas douter, à la question de savoir “quels pays les voyageurs français doivent-ils éviter ?” la France arrivera certainement en tête des réponses car il semblerait que d’ici 2017 celle-ci se voit contrainte de mettre les bouchées doubles pour tenir ses engagements et éviter les sanctions européennes dont notre ex-ministre de l’économie, à présent en charges des Affaires Economiques pour la Commission Européenne, se fait le porte-parole :

“Si les réformes ne sont pas faites, si les déficits ne se réduisent pas, nous n’avons pas le choix par rapport à nos textes”, a-t-il poursuivi tout en assimilant d’éventuelles sanctions à un “échec”. “L’Europe est là pour convaincre, pour inciter à la réforme, elle n’est pas là pour punir“, a-t-il ajouté. (Boursorama)

Selon Pierre Moscovoci, l’adoption de la loi Macron au moyen de l’article 49.3 de notre constitution est une preuve de la volonté de Manuel Valls de procéder aux réformes exigées par la Commission Européenne et surtout par l’Allemagne qui s’oppose farouchement depuis de nombreux mois à tout délai supplémentaire au bénéfice de l’état français pour le respects de ses engagements.

D’autres projets de réformes seront présentés par la France en avril 2015. Ceux-ci devraient explorer les réformes possibles du marché du travail :

“On va examiner le programme national de réformes pour notamment voir ce qui, dans le domaine du marché du travail, permet d’aller plus loin”, a-t-il prévenu.

En Italie, Matteo Renzi, qui a entrepris la réforme de son marché du travail, vient également de bénéficier d’un délai supplémentaire pour ramener le déficit italien sous la barre des 3% du PIB.

C’est dans cette perspective d’assouplir les contraintes du marché du travail, et après l’échec des négociations entre les partenaires sociaux, que le gouvernement va reprendre la main sur ces dossiers. Celui-ci prépare pour l’été une “réforme du dialogue social” qui aboutira, comme attendu depuis les premières déclarations de François Rebsamen, à la réforme, exigée depuis longtemps par le MEDEF, des seuils sociaux dans les entreprises, ainsi qu’à des mesures de “sécurisation de l’emploi” qui, en termes politiques, signifient exactement le contraire.

Les 35 heures, qui restent la durée officielle du travail en France, devraient également passer un sale quart-d’heure. Il est en effet d’une logique imparable que, en période de pénurie de travail, la priorité n’est pas de partager celui-ci entre tous les français avec comme perspective, pour ceux qui sont aussi des électeurs, une baisse équivalente de leur pouvoir d’achat (ce qui est politiquement incorrect et indéfendable). Au contraire, l’assouplissement des 35 heures concentrera l’emploi entre les mains de ceux qui en ont déjà un de sorte à limiter les coûts induits par les 35 heures pour l’état (22 milliards d’euros de compensations aux entreprises chaque année) et le recours aux heures supplémentaires pour les entreprises.

Nicolas Sarkozy avait vendu aux français le “travailler plus pour gagner plus”. François Hollande et Manuel Valls, sous la houlette du MEDEF, nous feront gober le “travailler plus pour ne pas perdre son travail”.

A la lumière de ces éléments, il est à redouter  que, dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017, l’UMP se fasse déborder sur sa droite par le Parti Socialiste et, sur sa gauche, par le Front National.


Wake up.


Lovegiver

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.
Subscribe
Notify of
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Humour : La France n'aura que deux ans pour ramener son PIB sous 3% (Le Monde)

La France a jusqu'à 2017 pour mettre en place et réussir les réformes "encouragées" par Bruxelles. Michel Sapin est serein, Manuel Valls volontaire.
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Skip to toolbar