Leadership mondial et croissance : tout doit disparaître

Espirito Santo in corpore sano
06/08/2014
C’est quoi la politique ?
09/08/2014

Leadership mondial et croissance : tout doit disparaître

Avec une croissance en berne depuis des décennies, les pays développés représentent aujourd’hui moins de 50% du PIB mondial.

Le monde civilisé vient de basculer dans l’horreur et la France est sur le point de perdre sa place au G8.

En mai dernier, la Chine devenait officiellement la première économie du monde. Cette information fut immédiatement “enrichie”, précisée par nos politiques qui rappelèrent que ceci n’était vrai qu’à condition de ne pas considérer le PIB par habitant. La Chine prenait certes la première place sur le podium mais ses habitants restaient, quant à eux, majoritairement pauvres. Une façon de se rassurer.

L’infographie très intéressante de Libération montre que le monde vient de franchir une nouvelle étape “symbolique” puisque, à présent, les pays dits “développés” (en rouge sur la carte), viennent de passer sous la barre des 50% de la richesse mondiale produite. Bien sûr, si l’on considère les nombres de pays respectifs des pays développés (36) et des autres (153), il reste dans les pays développés suffisamment de richesses à partager entre très peu d’habitants pour que la chute nous paraissent encore longue. Jusqu’ici, tout va bien…

Le fait que les états que nous avons longtemps connus sous le vocable de “pays en voie de développement” accèdent dorénavant dans le Top 10 des pays les plus riches est en soi une très bonne nouvelle. Tout d’abord parce que les populations concernées évoluent dans la stratification de la pyramide de Maslow.

Pyramide de Maslow

Ensuite, l’autre bonne nouvelle c’est que nous avons retrouvé la croissance : nous savons dorénavant où elle est partie. La Chine, l’Inde, le Nigéria (ainsi que 12 autres pays d’Afrique) profitent de ses bienfaits pendant que l’Europe, elle, aspire à la normalisation de celle-ci alors qu’une rechute serait plutôt à craindre si l’on en croit les chiffres du Point :

Source : Le Point ; août 2014

Croissance 2008 – 2016

L’absence de croissance dans les pays de la zone Euro risque d’être renforcée par 2 phénomènes :

Manuel Valls avait annoncé une rentrée difficile pour les français (→ BFMTV), anticipant le risque de déflation à venir, mais droit dans ses bottes concernant l’application du Pacte, voire plus que le Pacte. Ce risque déflationniste viendra renforcer les effets déjà négatifs que décrit Patrick Artus dans Le Point :

Le taux d’intérêt réel à 10 ans (corrigé de l’inflation) de la zone euro est aujourd’hui proche de 2 %, c’est-à-dire bien supérieur à la croissance.

Cercle vicieux de la déflation

Cercle vicieux de la déflation

Comme le Conseil Constitutionnel vient de retoquer l’allègement des cotisations salariales qui était censé redonner du pouvoir d’achat aux français (la contrepartie du Pacte), la rentrée risque d’être encore plus difficile.

Mais jusqu’ici tout va bien. D’ailleurs la croissance est attendue enfin pour 2014, et attention les yeux en 2015 et 2016 !

Wake up.

Lovegiver

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.

Nous apprécions vos commentaires.

avatar
  Subscribe  
Notify of

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Leadership mondial et croissance : tout doit disparaître

Avec une croissance en berne depuis des décennies, les pays développés représentent aujourd'hui moins de 50% du PIB mondial.
Skip to toolbar