Les 99 Pendus de Tulle

Suicide chomage
Chômage : l’entêtement suicidaire
04/06/2015
Carton Rouge
#CartonRouge décerné à Laurent #Wauquiez
15/06/2015

Les 99 Pendus de Tulle

pendus tulle

A l’occasion d’un déplacement de François Hollande dans sa ville du Tulle, l’émission “Les pieds sur terre” revient sur la tragédie des “99 pendus de Tulle” dont le martyr précédera d’un jour celui d’Oradour-sur-Glane.

Les 99 Pendus de Tulle

Pendus TulleC’est un reportage particulièrement bouleversant qu’il nous est donné d’entendre. De par les témoignages recueillis tout d’abord, de ces personnes toujours vivantes qui, aujourd’hui encore, gardent à jamais gravée devant leurs yeux l’image de ces corps pendus aux balcons, aux lampadaires, au parapet du pont. Corps sans vie d’êtres chers, arrachés un beau matin à leurs familles par les soldats SS de la division “Das Reich“, venus venger la garnison de Tulle défaite lors d’une opération des maquisards de la région.

Mais le plus bouleversant ne réside pas seulement dans le récit du supplice infligé à d’innocents civils considérés comme solidairement coupables d’une défaite qui en annonçait bien d’autres pour l’armée allemande en déroute et dont les heures d’occupation de notre territoire étaient dores et déjà comptées suite au débarquement allié en Normandie.

Ce qui dérange le plus, en vérité, c’est à quel point ces événements entrent en résonance avec nos vies contemporaines, que nombre d’entre nous considèrent pourtant comme bien différentes et lointaines de ce tragique épisode.

La question posée par ce reportage est en effet celle-ci : une telle tragédie pourrait-elle survenir à nouveau à notre époque ? Parmi toutes les personnes interrogées, seul un adolescent de 15 ans a affirmé que ce genre d’histoire ne pourrait plus arriver de nos jours. Malgré qu’il est natif de Tulle, il n’a pas d’idée précise de ce qu’il s’est vraiment passé ni pourquoi ces hommes sont morts.

Je ne pense pas que de telles choses horribles comme ça se reproduisent. Maintenant il y a des lois et tout, donc bon…

Mais comme le dit la veuve de Pierre-Henri Drelon, personne à son époque n’imaginait non plus que ce genre de choses pourrait arriver.

La fille d’Henri-André Valade se souvient du jour ou les SS sont venus prendre son père “pour une simple vérification d’identité”. Il échappera à la pendaison mais montera dans un camion en partance pour les camps de la mort d’où il ne reviendra pas, comme une autre centaine d’autres.

Elle raconte également comment, en pleine campagne des européennes, elle se retrouve nez à nez, dans ce quartier des suppliciés – rue des martyrs – avec une affiche géante de Jean-Marie Le Pen en campagne pour le Front National. Elle se souvient des tracts “qui puaient la haine et le racisme“, le déni de l’autre.

Pour elle, toute cette horreur de la seconde guerre mondiale, avec ses idéologies dégueulasses, le nazisme, les massacres, n’a qu’une seule explication : la misère.

C’est la misère qui a amené le parti d’Hitler au pouvoir. […] La misère engendre le désespoir, et à partir du désespoir on peut craindre le pire.

Comme pour faire écho à ces mots sur la misère, un jeune d’aujourd’hui explique que, selon lui, les gens se battent seulement pour préserver leur pouvoir d’achat, leur vie.

pendus tullePierre Diederichs, fils de Noël-Alfred Diederichs, mort en déportation, pense que les événements de juin 1944 à Tulle, pourraient survenir en France à n’importe quel moment car les “répressions aveugles restent d’actualité“. Il cite pour exemples les faits récents ayant eu lieu dans l’ex-Yougoslavie, marqués par la “haine d’une partie de la population contre une autre“, ainsi que la répression française contre les algériens manifestant pour leur indépendance “avec, comme par hasard, le préfet de police Papon qui avait été compromis dans la répression nazie“.

Pour lui, ce sont les mêmes ressorts qui sont à l’œuvre, qu’il s’agisse du nazisme à l’époque, des bosniaques assiégés par les serbes, des algériens assassinés par la France ou du récent discours politique en France relatif aux étrangers (au moment où ce reportage a été fait, Nicolas Sarkozy était président de la république, mais les socialistes au pouvoir aujourd’hui ne font guère mieux), discours dans lesquels l’état français, en la personne de son “ministre de l’identité nationale“, se fixe des objectifs quantitatifs de “reconduite à la frontière”, stigmatisant des populations en les traitant comme des choses qu’on rejette.

Quand on traite ces problèmes-là par la peur de l’autre et de l’étranger, je pense qu’on se met en condition d’accepter n’importe quoi. Le ventre est encore fécond d’où est sortie la bête immonde, ce sont les paroles de Brecht, ça j’y crois fortement.


La misère d’aujourd’hui nous passe la corde au cou

Pour les bouchés qui n’auraient rien compris à cette histoire qui n’est pas une fable, reprenons donc les éléments en notre possession :

La misère, qui s’est installée en Allemagne, a amené au pouvoir le chef du parti national-socialiste, Adolf Hitler (tiens, comme c’est étrange : le FN, qui a toujours été un parti nationaliste, devient également socialiste dans son discours).

Celui qui deviendra chancelier d’Allemagne, puis Führer du Reich, avait bâti un discours basé sur la préférence nationale et le rejet de l’étranger.

Quand la “solution finale” a été élaborée dans leurs cerveaux dégénérés, personne n’y croyait. Même les preuves et les témoignages n’ont pas été pris au sérieux. Personne ne pensait que l’idéologie nazie pourrait engendrer de tels comportements inhumains. Et contrairement à ce que pensait ce lycéen de 15 ans, il y avait déjà des lois à l’époque, celles-ci ne sont pas apparues APRÈS la guerre. Comme les bandes blanches sur les routes, les lois fixent des limites qui peuvent être transgressées…

évacuation migrants police violence

En France, et dans de nombreux pays occidentaux, la misère s’installe, faisant le lit des discours nationalistes et des politiques de “quotas” que des gouvernements “propres sur eux” justifient par la situation économique actuelle. Ces mêmes gouvernements, pour ne pas exacerber les passions nationalistes qu’ils disent combattre, faisant même de ce soi-disant combat le pivot de leur discours politiques pour mieux occulter leurs mesures en faveur des plus riches, laissent périr en Méditerranée des milliers de migrants pour ne pas avoir à les accueillir.

En guise de conclusion, nous posons les questions suivantes dans l’espoir que vous preniez la peine d’y répondre à la suite de ce post :

  1. pour ceux qui votent pour le Front National, pensez-vous vraiment qu’une politique basée sur la préférence nationale et le rejet de l’Autre puisse exister en France sans qu’on assiste, d’une façon ou d’une autre, à des situations aussi violentes pour les individus que toutes celles que nous avons abordées plus haut ?
  2. d’une façon générale, quand la misère en France, qui découlera de la disparition progressive du travail, aura usé la population et que celle-ci manifestera, peut-être violemment, son rejet de cette politique en faveur de ceux qui ont déjà tout, pensez-vous que le parti au pouvoir fera l’économie d’une répression sanglante, pensant sauver ce qui peut encore l’être ?

 

Wake up.

Lovegiver

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.
Subscribe
Notify of
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Les 99 Pendus de Tulle

Les 99 Pendus de Tulle sont les victimes d'une violence aveugle qui est née de la misère d'un peuple. Ecoutez comme ils nous parlent.
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Skip to toolbar