L’obsolescence programmée : une déclinaison libérale du Commissariat au Plan

Le nouveau Parlement européen en dix questions
01/07/2014
Le FMI s’adresse aux français
03/07/2014

L’obsolescence programmée : une déclinaison libérale du Commissariat au Plan

Obsolescence programmée

Obsolescence programmée

« La publicité crée le désir de consommer, le crédit en donne les moyens, l’obsolescence programmée en renouvelle la nécessité. »

(Serge Latouche)

Tout est dit, vous ne pensez pas ?

Obsolescence programmée

Obsolescence programmée

Il ne s’agit pas que d’un marronnier que les médias ressortent quand ils sont en manque d’actualités. Si l’obsolescence programmée fait autant parler, c’est avant tout parce qu’elle s’apparente à un racket, une extorsion.

En nous obligeant à racheter, à intervalles réguliers, un équipement tombé en panne ou obsolète, l’équipementier nous force en quelque sorte à lui céder une partie du fruit de notre travail et moyen de subsistance : notre argent. Comme si notre épargne était un puits sans fond sur lequel une entreprise pouvait compter. De la cafetière au lave-linge en passant par les ordinateurs et les smartphones, ce sont des milliers de tonnes de métaux, plastiques, composants électroniques qu’il faut extraire constamment et transformer – jusqu’au stade du déchet à l’extrême fin du processus – afin de remplacer les équipements en fin de vie ou dont la technologie est dépassée et non compatible.

Nous sommes des vaches à lait. Mais est-ce le pire ? Le plus choquant, au final, ce ne sont ni le racket des individus ni celui de notre planète, mais la sensation intime de prison mentale qui se referme sur nous lorsque l’on réalise qu’il s’agit de quelque chose auquel on ne peut échapper parce qu’il nous enveloppe, l’essence même d’un système, d’une mécanique qui tourne sur elle-même en consommant notre Terre ainsi que toute forme de vie, dont la nôtre, pour perdurer. La plupart de nos dépenses sont désormais forfaitisées, organisant la rente dont le système se nourrit et dont les actionnaires prélèvent une part pour eux-mêmes, augmentant le niveau de concentration de richesses par la même occasion.

Terre-poubelle

Terre-poubelle

C’est MATRIX, mais en vrai. Ce virus se bat vraiment pour sa survie.

 

Ensuite entre en jeu le “politique“.

Les tenants du socialisme de marché nous assènent que la consommation est bonne pour les entreprises, donc pour l’emploi, donc pour la croissance.

Les néo-libéraux affirment que, pour initier cette vertueuse dynamique, il faut tout déréguler afin de faire baisser les coûts de production, et celui du travail. Cette recherche jusqu’au-boutiste des coûts bas nourrit “de l’intérieur” le principe de l’obsolescence programmée (comme l’uranium se dégrade en plutonium, également recherché). Les coûts bas appellent la moindre qualité donc la moindre durée. Ils contribuent à l’accroissement de la marge et des bénéfices ou de la compétitivité tout en assurant l’activité future liée au renouvellement permanent du parc. C’est une affaire qui tourne.

Comment imaginer alors pouvoir mettre fin à une telle logique, si pernicieuse soit-elle, alors que l’emploi – donc la consommation – sont considérées comme les deux mamelles de notre système économique mondialisé ? Voyez l’émotion provoquée par la fermeture de l’usine Fagor-Brandt.

L’affaire de l’obsolescence programmée a levé le voile sur le fonctionnement de notre système et la vacuité de celui-ci. Sur le simulacre de démocratie que les partis nous servent en servant eux-mêmes les intérêts d’une caste qui perpétue le fonctionnement d’une société divisée en trois groupes. A la noblesse, au clergé et au tiers-état, notre Révolution a substitué les conglomérats, le politique et le tiers-état.

 

Quelques initiatives dans le bon sens :

 

A lire sur Le Monde DiplomatiquePour une société de décroissance (Serge Latouche) ; Posséder ou partager ? (Martin Denoun et Geoffroy Valadon, octobre 2013)

 

Le progrès selon Apple :

Obsolescence programmée sous la forme de limitations d'accès à des services

Obsolescence programmée sous la forme de limitations d’accès à des services

 

Les durées de vie comparées de certains produits :

Obsolescence programmée

Obsolescence programmée

 

Wake up.

Lovegiver

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.

Nous apprécions vos commentaires.

avatar
  Subscribe  
Notify of

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

L'obsolescence programmée : une déclinaison libérale du Commissariat au Plan

L'obsolescence programmée permet aux entreprises de s'assurer une rente par le renouvellement incessant d'un parc d'équipement.
Skip to toolbar