Nouvelle Donne, l’avenir de la France

Trombinoscope: les menaces de Marion Maréchal-Le Pen contre Gilles Leclerc
30/01/2015
Union de la Gauche : Créon ou Antigone ?
02/02/2015

Nouvelle Donne, l’avenir de la France

Samedi 31 janvier 2015, Nouvelle Donne élisait ses représentants. Ce n’est ni au PS, ni à l’UMP et encore moins au FN que vous pourriez voir ça.

#AGND2015

Un nouvel élan pour Nouvelle Donne

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai passé un excellent samedi 31 janvier, et j’ose croire que cette journée a également été une bonne journée pour Nouvelle Donne qui organisait, au Palais des Congrès de Montreuil (93), son assemblée générale. Pour l’occasion, nous avons eu l’occasion d’apprécier un discours de grande qualité de la part de notre hôte, Patrice Bessac, maire de Montreuil.

Cette assemblée générale n’était pas une assemblée générale ordinaire. Elle succédait à un processus long qui avait occupé une bonne partie des adhérents tout au long du second semestre 2014 : l’élaboration de nouveaux statuts pour le parti.

Il faut bien admettre que tout ceci n’est pas monnaie courante en France, ni ailleurs dans le monde ! Les adhérents d’un parti établissent eux-mêmes les statuts de leur formation politique et, ce faisant, une relation particulière avec leurs représentants. Ceux-ci ne font que les représenter pour une durée limitée. Et s’ils ne font pas l’affaire, zou ! dehors. D’autre part, pas question de faire carrière chez nous. Quant à évoquer le cumul de mandats, c’est signer son arrêt de mort. Les règles sont claires, elles sont écrites. Ces écrits peuvent être changés si les adhérents le demandent et les représentants sont investis par les adhérents via un vote. La démocratie comme on en rêve. Certains sont déçus par ces statuts parce qu’ils rêvaient d’aller plus loin encore dans la reprise en main du pouvoir par les adhérents-citoyens. On a même parlé de sociocratie. Mais nous n’étions suffisamment mûrs et il nous fallait avancer. Car nous avons un combat politique à mener. Comme l’a martelé à juste titre Isabelle Attard, notre députée, tout n’est pas parfait, mais est venu le temps du combat.

Cette journée était également une bonne journée pour la France. De même que, chaque jour, naissent autour de nous des êtres qui, un jour, auront une influence sur le destins du pays, la chrysalide Nouvelle Donne a, en ce 31 janvier 2015, pointé le bout de son nez en dehors de son cocon. Après les 500.000 voix engrangées lors des européennes malgré 6 mois à peine d’existence, une nouvelle étape vient d’être franchie, et la structure nouvelle qui émerge en ce début d’année est prête à voler de ses propres ailes.

Un journaliste demandait récemment à Pierre Larrouturou si Nouvelle Donne était le Syriza ou le Podemos français. Toute chose égale par ailleurs (l’expression favorite des économistes), OUI. Dans le discours de clôture qu’il a prononcé, les choses ont été dites clairement : il n’y a plus rien à attendre ni du PS ni de l’UMP. Si les français veulent retrouver l’espoir, c’est Nouvelle Donne qui incarnera celui-ci. La rupture est donc consommée, le PS a “dépassé les bornes des limites” et Nouvelle Donne n’est plus la gauche de la gauche. Simplement la gauche.

Au cours de l’après-midi, le Palais des Congrès était coupé en deux. D’un côté le village citoyens où avaient lieu de nombreuses tables rondes relatives aux thèmes portés par Nouvelle Donne. De l’autre les conférences organisées et animées par Isabelle Attard ainsi que Jean-Baptiste Coutelis. La frustration était au rendez-vous car il était impossible d’être partout.

Des tables rondes, je retiendrai la démonstration faite par des membres des commissions thématiques “Partage du temps de travail” et “Revenu universel” : alors que l’actualité nous donne à entendre que les 35 heures coûtent à l’état 12 milliards d’euros par an (ce qui est la première étape avant leur abandon par celui-ci, la communication autour de cela n’ayant pour objectif que de nous habituer à cette idée), ces adhérents ont réussi le tour de force d’aller plus loin encore sur le partage du temps de travail : 28h ! Pour le financement et le maintien des salaires, cela passe par l’instauration d’un revenu universel et, cerise sur le gâteau, par une baisse du coût du travail qui permettra aux entreprises de retrouver la compétitivité dont elles ont besoin.

[alert-announce]Partagez votre expérience de ces tables rondes et des sujets qui y ont été abordés dans les commentaires[/alert-announce]

Du côté des conférences, c’était pas mal non plus. Les adhérents ont beaucoup réagi, posé de nombreuses questions à nos invités. Il n’est pas imaginable de tout rapporter ici et ce sera au travers des tweets qui ont circulé que nous ferons un rapide tour d’horizon de ce qui fut dit.

Côté “people“, Michel Fugain et Tony Gatlif sont venus nous rendre visite et nous dire ce qu’ils attendaient de Nouvelle Donne, le sens qu’ils donnaient à leur adhésion.

“Intelligence, sens critique & réflexions mais aussi de l’action. Le mot d’ordre est espoir!”
Michel Fugain

“J’attends le retour du NOUS et la victoire sur le JE”
Tony Gatlif

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.
Subscribe
Notify of
guest
1 Commentaire
newest
oldest most voted
Inline Feedbacks
View all comments

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Nouvelle Donne, l'avenir de la France

Nouvelle Donne organisait son assemblée générale samedi 31 janvier 2015. Objectifs : élire sa nouvelle équipe dirigeante et fixer le cap politique.
1
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Skip to toolbar