Pourquoi je suis CONTRE la grâce de Jacqueline Sauvage

Referendum dans le entreprises pour remplacer les syndicats
Référendum d’entreprise : réinventer le règne de la terreur
26/01/2016
Violence-faite-aux-hommes
La violence n’est plus l’apanage des hommes
02/02/2016

Pourquoi je suis CONTRE la grâce de Jacqueline Sauvage

Grace Presidentielle

Grace Presidentielle

François Hollande vient de déclarer qu’il avait entendu la demande des français et qu’il allait prendre le temps de la réflexion avant de décider s’il allait accorder la grâce présidentielle à Jacqueline Sauvage.

Cette “écoute” des français intervient à un moment où des critiques de plus en plus nombreuses s’élèvent pour protester contre d’autres enjeux relatifs à la Justice comme l’état d’urgence ou la déchéance de nationalité.

La mobilisation populaire, déjà très forte, s’organise, et le Conseil de l’Europe lui-même s’inquiète des dérives possibles d’une pérennisation de cette mesure.

De là à penser que François Hollande instrumentalise l’affaire Sauvage, il n’y a qu’un pas .


Une nouvelle prison pour Jacqueline Sauvage

Depuis, les soutiens se multiplient. De nombreuses voix s’élèvent pour réclamer la clémence présidentielle, arguant que le geste de Jacqueline Sauvage était un geste désespéré à l’encontre de celui qu’elle tenait pour responsable de sa triste vie ainsi, et c’est essentiel, que de celle de ses enfants, et notamment de leur fils qui avait mis fin à ses jours et à une vie ponctuée par les insultes et les coups.


La Justice, composante essentielle de l’état de droit

L’institution judiciaire est un élément essentiel dans un état de droit. Son existence, tout comme son indépendance, garantissent que la Justice, quand elle est rendue, l’est au nom du Droit dont elle est l’instrument, et non pas au nom d’un maître, d’un roi, d’un dictateur, d’un président.

La Justice n’appartient à personne en particulier, mais à tous. En France, elle est rendue au nom de tous les français, qui peuvent la voir comme l’un des outils garants de leur tranquillité et de leur sécurité.

L’on se plaint souvent, et parfois à juste titre quand on considère son état de délabrement, du temps de la Justice. Certes nos tribunaux sont encombrés du fait du peu de moyens qui leur sont alloués, mais le temps de la Justice est aussi celui de l’absence de passions.

La Justice ne doit pas être rendue sous le coup de l’émotion parce que les seuls arguments qu’elle doit invoquer dans ses jugement sont ceux du droit, qui régit le vivre-ensemble.

Enfin, la Justice est une institution fondamentale pour la santé même de la société dans laquelle elle s’exerce. Parce qu’elle est indépendante, parce qu’elle est extérieure aux passions quotidiennes, parce que ses verdicts sont rendus au nom du droit et sans émotions, elle contribue à mettre fin au cycle perpétuel de la violence, qui existait avant son avènement et menace toujours l’ordre social.

Ce cycle sans fin de la violence, c’est celui de la vendetta, c’est à dire de la vengeance, de la dette de sang.

Avec la vendetta, chaque sang versé donne au clan de la victime le droit légitime de faire couler le sang en retour. C’est pourquoi le cycle est sans fin, parce qu’il ne s’éteindra qu’avec le dernier membre du clan adverse. Cela existe encore dans des pays comme la Bulgarie, et on peut l’observer dans les milieux mafieux et le grand-banditisme.


Jacqueline Sauvage avait oublié la Justice

Jacqueline Sauvage et ses enfants ont certainement vécus des choses horribles. Les insultes, les coups, la peur omniprésente et les humiliations permanentes sont de nature à briser les âmes et les corps.

Jacqueline Sauvage et ses enfants ont vécu dans leur foyer ce qui en est la négation même. Au lieu de s’y sentir protégés, entourés, choyés, leur foyer a été leur prison, un espace de non-droit, d’absence totale de respect et d’amour. Un lieu dans lequel ils devaient certainement retourner chaque soir avec une boule au ventre, sachant que le plus dur restait à venir. Et pour eux, c’était la continuation d’une journée passée à travailler dans l’entreprise fondée par Norbert Marot, le mari et père. Un enfer 24/7 !

En assassinant son mari, en faisant justice elle-même, Jacqueline Sauvage a pris la place du monstre . Aux yeux de la Justice, elle s’est substituée à celui qui, pour le mal qu’il avait commis, aurait dû être jugé.

Jacqueline Sauvage aurait pu ester en justice. Elle aurait dû se rendre dans un commissariat, une gendarmerie, afin de déposer une plainte, voire des plaintes. Elle aurait pu prendre un avocat afin d’organiser sa défense et être conseillée. Pour des raisons que nous ignorons, mais que nous devinons facilement (la peur des représailles, la dépendance financière vis-à-vis d’un mari qui était aussi son patron), elle a fait le choix de subir cette violence jusqu’à ce que la coupe soit pleine.

La goutte qui a fait déborder le vase fut certainement le suicide de son fils, et qui pourrait rester insensible à cela ?

En assassinant son mari, Jacqueline sauvage est devenue homicide. Les coups répétés de fusil dans le dos ne plaident pas pour de la légitime défense. Pour cela, elle méritait d’être jugée et condamnée, passant ainsi d’une prison à une autre.

Je plains Jacqueline Sauvage et je compatis à sa douleur parce que l’idée de ce qu’elle a vécu m’est insupportable.

Tout comme m’est insupportable l’idée qu’une pétition et que l’émotion populaire pourrait aboutir à remettre la criminelle qu’elle est devenue en liberté.

Jacqueline Sauvage a fait un mauvais choix quand elle a saisi ce fusil et pressé la détente, et c’est ce geste qu’elle doit à présent assumer.


La Justice une nouvelle fois bafouée ?

Jacqueline Sauvage

L’affaire Jacqueline Sauvage va-t-elle être instrumentalisée par François Hollande ?

Depuis plusieurs semaines, nombre de personnalités politiques ou de porte-paroles de l’institution policière réfutent ce qu’ils nomment la culture de l’excuse quand il s’agit de trouver des explications aux attentats commis par de jeunes français à l’encontre de leurs concitoyens.

Toute tentative d’explication de leur geste par des acteurs de la société civile comme des anthropologues ou des sociologues fait l’objet de très vives critiques. On considère que les meurtres qu’ils ont commis ne valent pas la peine qu’on s’intéresse aux causes qui pourraient les expliquer, confondant alors explications et justification.

Le meurtre commis par Jacqueline Sauvage est certes explicable – il y a des causes, mais pas excusable. La famille de Norbert Marot (je parle ici de ses parents, frères, cousins, etc.), qui était son mari, souffre peut-être de la disparition de celui-ci dans des conditions si violentes. Peut-être qu’elle savait pour sa violence. Peut-être même qu’elle la condamnait. A présent que Jacqueline Sauvage a été condamnée par la Justice, il n’y a que la famille Marot pour décider si l’acte de Jacqueline Sauvage est, éventuellement, pardonnable.

D’autre part, le verdict, rendu par un jury populaire, n’est pas mis en cause de quelque façon que ce soit. Jacqueline Sauvage est indubitablement coupable et les faits qui lui sont reprochés avérés. La légitime défense ne peut pas être invoquée parce qu’elle a tiré dans le dos de son mari, et ce à 3 reprises. Jacqueline Sauvage a donc été condamnée conformément à la loi pour les faits qui lui sont reprochés. Alors pourquoi revenir sur un jugement pour lequel il n’existe aucun doute ?

Lors de l’affaire Omar Raddad, si  la grâce présidentielle avait été demandée c’est parce que le jury était soupçonné d’avoir condamné le principal suspect non pas sur la base de preuves irréfutables mais du fait de son patronyme et pour “délit de sale gueule”.

Pour moi, toute grâce présidentielle serait, dans le contexte que nous connaissons, un affront supplémentaire fait par ce Président de la République à notre Justice .

Une Justice qu’il bat en brèche depuis des mois, mettant en avant l’action policière à ses dépens, la réponse violente militaire à la violence terroriste, dans un esprit de vengeance démontrant plus une propension à l’instrumentalisation de l’émotion populaire qu’au respect de ce qu’est véritablement la Justice.

Wake up.

Lovegiver

Commenter directement depuis Facebook

Lovegiver
Lovegiver
Je tente de décrypter l'actualité en croisant différentes sources d'informations dont je fournis systématiquement les liens. Je livre également mes réflexions sur la compréhension que j'ai des événements dans l'espoir de susciter un échange avec les lecteurs. On me reproche à l'occasion de faire des articles trop longs, mais je m'efforce surtout d'être clair. Je suis ouvert à la critique si celle-ci est constructive et permet de progresser.
Subscribe
Notify of
guest
3 Commentaires
newest
oldest most voted
Inline Feedbacks
View all comments
Piccolomad

Bernard FOURSIN : Il y a une différence entre faire preuve d’empathie et se laisser aveugler par elle. Que diable, elle a été jugée par 2 jury populaires et des magistrats… Étaient-ils tous dénués d’empathie? Et qu’est-ce qui vous fait croire qu’elle disait la stricte vérité? Il y a eu instruction, débat contradictoire et condamnation. C’était une chasseuse, c’était son fusil, les enfants étaient grands et partis et ne s’étaient jamais plains auparavant, elle-même n’avait qu’un seul certificat médical attestant de violences, elle a tué son mari avant d’avoir appris le suicide de son fils (donc ce n’est pas lié),… Read more »

Bernard FOURSIN

D’accord sur le fond du raisonnement, y compris sur le parallèle avec les auteurs des attentats….mais celui-ci ne tient pas compte d’un fait essentiel: l’enfermement psychologique de la personne victime de violence, l’incapacité à réagir inhérente à ce type de situations. La personne qui écrit ces lignes n’a- et je le souhaite pour elle-, jamais été victime de viol ou de violence….Son raisonnement est parfait, il lui manque l’empathie ; et qui a dit que la justice devait en être dépourvue.

Coup de pouce

Merci d'avance de partager ce post sur votre réseau social favori.

Pourquoi je suis #contre la grâce présidentielle pour #JacquelineSauvage

François Hollande a déclaré prendre le temps de la réflexion avant de décider s'il accorderait la grâce présidentielle à Jacqueline Sauvage.
3
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Skip to toolbar